Darkstar – Foam Island

Découvert en 2013 avec l’album News From Nowhere, Darkstar nous avait emmené dans un univers à la fois coloré et expérimental des plus convaincant ! Le 25 septembre 2015 sortait leur 4e album Foam Island que nous attendions avec impatience. Ce 4e opus nous a conquit de part sa maturité. Harmonie, sensibilité et convictions sont aux rendez-vous, il ne vous reste plus qu’a vous faire votre propre avis !

Séléction Beau Bug : Day Burn Blue, Pin Secure, Foam Island, Go Natural, Stoke the Fire, Throught the Motions

Darkstar sur les internets :
Web
Facebook
Soundcloud
Youtube

Bio

Foam Island, le troisième album studio de Darkstar, entremêle pop-électronique contemporaine et puissantes declarations sur la société et l’espoir au XXIe siècle.

Depuis ses premiers 12’’ dancefloor sur Hyperdub à partir de 2008 et ensuite avec ses albums, Darkstar a été une force influente pour la scène électronique anglaise. Avec la sortie de Foam Island le duo prouve, alors que nous entrons dans la seconde moitié de cette décennie, qu’il fait partie des artistes fer de lance faisant évoluer cette scène.

Après des collaborations avec Actress, Wild Beasts et Zomby et s’inspirant de leurs paires Jon Hopkins et Four Tet, Foam Island est un disque ambitieux, empli de l’energie et de l’excitation de toutes les possibilités qu’offre la musique électronique en 2015. Pourtant, il a aussi été façonné par le climat social et politique du moment. Le groupe explique : « c’est le point culminant de tout ce qu’on écrit jusqu’ici, le côté club et électronique mais aussi la volonté de raconter une histoire. »

Lors de visites à leur famille dans le Nord de l’Angleterre, les membres fondateurs Aiden Whalley et James Young ont remarqué un changement dans l’atmosphère sociale de la région. Ce climat a commencé à influencer de plus en plus les sessions d’écriture du duo et ils ont entamé un projet de trois mois : documenter cela en parlant avec des jeunes du coin près de Huddersfield. Les paroles et la palette sonore de Foam Island ont été modelées par les personnes et les émotions qu’ils ont rencontrées là-bas ; le duo a intégré des extraits d’interviews dans les titres.

« On voulait parler de la vie des jeunes qui sortent de l’adolescence et dans leur 20aine en 2015, mais éviter le cliché ‘zone du nord sinistrée’, », explique Young. « On voulait avoir une image complète, pas seulement quelque chose qui pèse sur le cœur, une image qui reflèterait les côtés positifs et ambivalents de la façon dont se sentent les jeunes maintenant. N’importe qui dans le monde peut s’identifier à ces thèmes aujourd’hui. »

En résulte un album à la fois grave et beau, qui combine des rythmiques numériques et des percussions live avec des synthés colorés. On l’a déjà entendue sur plusieurs morceaux de Darkstar, mais ici la voix de Whalley est partout, son chant lourdement traité intégré dans des compositions enveloppantes mais directes. La production est parfaitement contrôlée tout au long de l’album, accompagnant une pop ‘uptempo’ (‘Stock The Fire’ et ‘Through The Motions’), des ambiances immersives (‘Foam Island’), un R&B mutant façon Neptunes (‘Pin Secure’) et des expérimentations électroniques libres (‘Javan’s Call’ et ‘Days Burn Blue’).

De façon similaire, les thèmes de la désillusion, de l’isolement politique et de l’apathie, aux côtés de l’espoir, du bonheur et de la fierté reviennent par cycles. Ce qui forme un monde dans lequel la routine, les traditions et la communauté représentent un confort, mais qui contient aussi une part de colère due au manque d’opportunités pour l’avancement personnel et au manque d’investissement dans les futurs collectifs. La fin de l’écriture de l’album a eu lieu en mai 2015 : les paroles du dernier morceau ‘Days Burn Blue’ écrits alors que les votes des élections au Royaume Uni étaient en train d’être comptabilisés et ‘Cuts’ a été mis bout à bout les semaines suivantes.

Avec Foam Island, Darkstar a créé un album qui ne pouvait être fait qu’en 2015, un album avec une voix qui encourage une génération aà se lever et être prise en compte.

Kit Press – Boogie Drugstore

Découvrez l’un des morceaux du dernier album, Pin Secure en live.

ndlr : on veut les voir !
Tendrement.