Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée

Cette semaine le Calle Ciné vous présente une histoire captivante qui raconte le désir ardent de rester en vie soutenu par une extraordinaire interprétation des acteurs qui ne peuvent pas vous laisser indifférent. Pour résumer, voici les principales raisons d’aller au cinéma pour voir Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée.

Inspiré d’une histoire vraie, le film raconte la bataille de Ron Woodroof, électricien / cow-boy plouc très sympathique qui, en 1986, a été diagnostiqué positif au SIDA avec un pronostic de quelques jours de vie. Loin de se résigner à cette condamnation à mort et sans soins médicaux adéquats, Ron décide de prendre les médicaments de substitution dans un mélange de vitamines de son invention. Il entre ainsi en contact avec d’autres patients, en particulier homosexuels, son premier combat sera contre l’homophobie et les compagnies pharmaceutiques.

AMF_7277 (341 of 376).NEF

Matthew McConaughey a reçu le Prix d’Interprétation Masculine du 8ème Festival International du Film de Rome pour Dallas Buyers Club, en novembre 2013.

Il faut savoir que l’aventure Dallas Buyers Club a commencé il y a plus de 20 ans, alors que Ron Woodroof était encore en vie. Craig Borten, le scénariste à l’origine de ce film, a passé plusieurs jours en sa compagnie et a ainsi pu enregistrer des dizaines d’heures d’entretiens. Un mois plus tard, le Texan sidéen s’est éteint.

Dallas Buyers Club n’a nécessité que 25 jours de tournage. Cet exploit assez rare au cinéma est majoritairement dû au parti pris de ne pas utiliser d’éclairage artificiel, un précieux gain de temps pour le montage des décors.

z1-garcia-dallas-buyers-club-c-20140221

Dallas Buyers Club est un concurrent sérieux et a été nominé pour six Oscars dont ceux du Meilleur film, Meilleur Scénario et Meilleur Acteur.

Matthew McConaughey pour l’Oscar du Meilleur acteur est vraiment impressionnant, avec une souplesse de jeu stupéfiante. Bien au-delà de la perte de poids, il est ce mourant qui veut vivre.

Si il fallait ne retenir de ce film qu’une seule chose, c’est deux époustouflantes prouesses d’acteurs, une fine mise en perspective sociale, et le subtil parcours d’un bouseux du Texas, qui apprend la compassion, la tolérance et l’altruisme.

Dallas Buyers Club est un film comme on en voit trop rarement et nous fait ressentir le vertige d’une situation insensée. Un parti pris dont l’intensité dramatique est décuplée par la transformation tant physique qu’idéologique subie par le personnage de Ron. A ne pas louper!!!

Tendrement, Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − 5 =