Creed de Ryan Coogler

Creed, le nouveau film de Ryan Coogler, s’inscrit comme une suite aux sept premiers Rocky, dans une idée d’héritage.

Synopsis : Adonis Johnson n’a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d’être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D’abord réticent, l’ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…

maxresdefault

Depuis quelques temps, les réalisateurs nous donnent l’habitude de nous donner à voir des suites de saga à succès (Star Wars, Jurassic Park…). C’est le cas de Creed : l’héritage de Rocky Balboa, qui est une sorte de suite au dernier Rocky, sorti en 2006. 10 ans plus tard, il est temps pour Sylvester Stallone de passer le flambeau.

Ce qui est intéressant, c’est que le personnage d’Adonis Johnson ne se présente pas comme un équivalent de Rocky d’une jeune génération. C’est un personnage à part entière, avec sa propre histoire. Un jeune qui vit avec son temps et qui va redonner goût à la vie à Rocky. Un sang neuf qui donne beaucoup d’énergie au film. Adonis, incarné par Michael B. Jordan, court après la légende de son père, et surtout avec le rêve de devenir boxeur professionnel, peu importe les rejets des coach. Mais Adonis veut se construire tout seul, il veut grimper les échelons, se faire un nom lui-même, sans être dans l’ombre de son père. Adonis nous donne de vraies leçons de persévérance et de ténacité.

creed-1

Sylvester Stallone, qui lui incarne immanquablement Rocky Balboa, apparait comme un vieil homme triste et désabusé, bien loin des rings. Il va retrouver une vraie force de vie grâce à la jeunesse et le dynamisme d’Adonis. Sylvester Stallone nous offre une prestation très intéressante, toute en finesse en accordant un fort capital sympathie à son personnage. Bien loin des rôles testostéronés des Expendables.

creed

Les fans des Rocky seront certainement satisfaits de cet opus, car le réalisateur a conservé dans l’ensemble la trame narrative classique des sept premiers films. Et surtout, la bande originale légendaire de Bill Conti, placée intelligemment et avec intensité, qui donne un pouvoir galvanisant.

Les émotions sont également très bien transmises et intense. On ressent la motivation, les craintes, le découragement, mais aussi l’énergie dans les combats, filmés de telle sorte qu’on pourrait parfois se croire au bord du ring. En bref, on se laisse facilement prendre au jeu des émotions.

creed-3

En résumé, fans de la première heure de Rocky ou curieux de découvrir du sang neuf, laissez vous séduire par le nouveau film de Ryan Coogler, un concentré d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × un =