Clara Luciani – Sainte Victoire

C’est la semaine dernière, le 6 avril exactement, qu’une nouvelle voix française fait partie de nos playlists. Clara Luciani chante ses textes, nous parle d’amour, étale ses maux et mots aux sonorités éclectiques : Sainte Victoire. Ce premier album redécouvre la voix mélancolique et sensuelle de la chanteuse après son premier EP sorti il y a un an, Monstre d’amour.

Cet album commence avec La grenade, une première bombe pleine d’énergie qui donne la température. Clara Luciani nous met en garde, ces 11 titres vont nous toucher en plein coeur et la marche arrière ne sera plus envisageable. Entre pop et disco, l’univers de la chanteuse pointe le bout de son nez, aux allures d’une Françoise Hardy 2.0.

Incroyable mais vrai, le deuxième morceau n’est autre que The Bay de Metronomy, en version française, en version Clara Luciani. Cette revisite nous emmène tout droit en été, nous partons sur la baie, en bonne compagnie, un synthé dans les oreilles et les pieds dans l’eau.

“On ne meurt pas d’amour
Mais j’appelle au secours”

On ne meurt pas d’amour est un coup de coeur indéfinissable. Les mots de la chanteuse sont les nôtres, nos souffrances s’entremêlent, les notes s’entrechoquent, l’instru s’emballe, nos coeurs balancent, c’est la symbiose, le coup de foudre, l’extase. Notre sensibilité implose, la vivacité de l’instru montre à quel point la blessure d’amour nous rend plus fort.

Drôle d’époque est une ode mélancolique, douce, triste et révélatrice. Un moment de répit et de réflexion autour d’une voix et d’une guitare en parfaite harmonie. Un discours sur la condition féminine qui nous rapproche un peu plus de Clara Luciani.

Une rupture, des pleurs, une prise de conscience, une décision, La dernière fois marque un tournant dans la vie et dans la musique de la compositrice. On a presque l’impression de danser un dernier slow avec notre amour de vacances, ou notre premier amour, que l’on ne reverra (peut-être) jamais. Par ailleurs, le timbre de la voix nous rappelle l’univers et la douceur de celui de Christine and The Queens.

“On ne meurt pas d’amour alors même que l’on se croit exsangue et sec comme un vieux fruit
Alors même que l’on croit que toutes les forces nous ont quittées
On se remet de tout
Le cœur se régénère comme la queue des lézards”

Moins de 2 minutes suffisent à terminer ce chef d’oeuvre. Sainte Victoire clôture en beauté cet album et c’est une claque qui nous frappe en plein visage. La chanteuse nous parle, se livre et réalise une belle conclusion de ses morceaux et nous devons nous attarder sur les paroles. On remet cette victoire plusieurs fois car une claque ne suffit pas. Le choc est puissant, la chute est longue mais : “Notre plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois”.

Retrouvez Clara Luciani sur les internets :
Facebook
Instagram
Youtube

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − 8 =