Chris(tine and the Queens) – Chris

© Alice Moitié

Après le succès démesuré de son premier album, Chaleur Humaine, le phénomène Christine and the Queens est devenu Chris et a dévoilé le 20 septembre dernier un album éponyme chez Because Music. Que pensent les grands fan de l’ancienne Christine and the Queens, aujourd’hui apparaissant sous un nouveau personnage, une nouvelle version, une nouvelle face ? Que s’est-il passé en 5 ans ?
De nombreuses questions surviennent mais chaque chose en son temps, du côté musical, l’artiste sort donc deux CDs, un en langue française et un en langue anglaise : 23 morceaux en somme. Des dizaines de minutes qui nous traversent le corps et l’esprit, nous touchent, nous changent, nous bouleversent.

Quoiqu’il arrive, il nous faudra plus d’une écoute de Chris pour l’appréhender, l’apprivoiser et l’apprécier.

“Ma langue est le seul corps qui vraiment compte”

Tout commence avec Comme si on s’aimait, un morceau sur lequel nos sens sont tous en éveil. Christine sommeille toujours en Chris mais sa voix change et nous explose en pleine figure. Une explosion de sentiments, d’amour, de haine, de passion.

Nous avions découvert Damn, dis-moi en mai dernier avec un clip dévoilant l’univers de ce nouvel album. C’est le seul morceau en featuring de cet opus, avec le producteur américain Dâm-Funk. À savoir que cet album est né à Los Angeles, enrichi par des influences plurielles en terres américaines, s’opposant aux influences britanniques de Chaleur Humaine.

“J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver
La violence facile”

La marcheuse est sans nul doute un morceau à écouter visuellement : le clip, ou “film” selon Chris, met lui même les mots sur cette marche.

Le cinquième morceau n’est autre que 5 dols, dévoilé en anglais avec un clip qui en a surpris plus d’un. Chris dévoile une autre personnalité et surtout, un nouveau corps, un corps abîmé, sexy et combattif. Un esprit et des muscles qui ont besoin de s’affirmer, comme l’expose également très clairement le clip du troisième morceau, Doesn’t matter (voleur de soleil).

“Qu’est-ce qu’une femme doit faire ici ?”

Le septième titre est une belle découverte, Follarse défile sous des mots toujours aussi autobiographiques et poignants, voguant sur une production instrumentale futuriste, sombre et mystérieuse. L’électronique envoûte et domine et pour la première fois, Chris emploie des mots en espagnol, une bien agréable surprise !

Pour celles et ceux qui seraient nostalgiques des années Christine and the Queens, Machin-chose semblerait être le morceau qui touche l’ancien personnage au plus près. Tant par les paroles que l’instrumental, lenteur, douceur et mélancolie font toujours partie intégrante d’Héloïse Letissier.

Le dixième titre, Le G, nous ramène dans les années disco et l’artiste reprend même quelques mots du fameux morceau Hush Hush; Hush Hush des Pussycat Dolls , incroyable mais vrai ! Chris met ici un point d’honneur à l’instru en offrant un sublime solo de guitare sur les 40 dernières secondes de cette pépite sonore.

L’avant dernier titre met en scène 3 minutes réunissant douceur et sensualité. Incroyablement plus fort en anglais, Make some sense, transporte, berce et relaxe. S’attardant sur les paroles, nous remarquons une fois de plus que l’artiste raconte, fabrique et partage de l’amour, sur un fond sonore d’une souplesse et d’une tendresse sans égal.

The stranger clôture brillamment l’opus avec un synthétiseur original hypnotisant et conceptuel sur lequel nos sens s’attardent. Une écoute, puis deux, puis trois, l’anglais sur ce morceau est d’une intensité croissante présageant un deuxième CD riche en émotions. L’album est passé trop vite, merci Chris. Merci d’être revenue.

Si vous voulez en savoir plus sur le parcours de Chris, ci-dessous son passage dans l’émission Clique avec Mouloud Achour :

Retrouvez Chris sur les internets :
Website
Facebook
Instagram
Twitter
Youtube

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × trois =