Buzzy Lee – Spoiled Love

Crédit : Brantley Gutierrez

3 ans après son premier EP Facepaint, Buzzy Lee, confirme qu’elle n’est pas que “la fille de” ou “la protégée de” avec un prodigieux premier album Spoiled Love chez Future Classic sortie hier (29.01.21). Un album envoutant aux sonorités pop, dévoilant “ma réalité, mes observations, mes chagrins, mes coups de cœur…” de quoi s’immiscer dans l’univers d’un talent, qui deviendra classique.

Également disponible sur toutes les platerformes.

Never tired and always hungry

L’album commence avec Spoiled Love, un morceau minimaliste, comme un avertissement à l’amour, axé sur la douce voix de la chanteuse. Dès ce premier morceau on plonge. L’album se poursuit avec une “intro”, Brie, nous dirigeant dans un univers empli de mélancolie. Puis, le plongeon s’intensifie et nous fait découvrir les profondeurs de Rules, où la noirceur se fait ressentir, nous prend aux tripes.

Tel un prolongement musical, Strange Town est notre master-piece de ce premier album, à l’instar de Coolhand dans son premier EP. Dès les premières notes, on éprouve une forte détresse avant que n’apparaisse un solo qui nous est familier, un solo de piano, à la Nicolas Jaar par Nicolas Jaar, le sourire revient, le rythme nous prend, et on ne contrôle plus rien. La tension redescendant, Mendonoma, deuxième parenthèse instrumentale, histoire de nous laisser reprendre nos esprits.

S’en vient, What A Man Done, single de cet album que l’on savoure depuis déjà quelques mois, un plein de quiétude et de tendresse où la basse funky se mêle au rythme lent et à la voix simple et modifiée de BL.

I make a part of me part of you

Dans un autre registre de modification vocale, Circles a de parfaites sonorités, et la patte du producteur se fait à nouveau sentir. À nouveau, le maître du beat moderne frappe fort, sur High On You, mais la force et l’écho de Buzzy Lee n’en démordent pas moins, et s’imposent avec grandiose avant de laisser place au doux et puissant grand final de ce premier album, avec All The While.

Encore et toujours entourée de son ami et producteur Nicolas Jaar, Sacha Spielberg aka Buzzy Lee nous charme à nouveau, et nous dévoile un premier album, authentique, qui sonne déjà comme un classique. Nous n’avons pas finit d’entendre parler de cette talentueuse et prometteuse chanteuse.

Retrouvez Buzzy Lee sur les internets :
Site internet
Facebook
Instagram

Tendrement,
Le Beau Bug.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    9 − un =