L’interview de Broken Back

Il y a pas si longtemps un jeune talent faisait surface sur la scène Lilloise, après une belle performance sur What It Used To Be, un bel EP Future Ain’t What It Used To Be, et un belle introduction de son projet EP avec Happiest Man On Earth, Le Beau Bug a décidé de lui consacrer une interview.

Pourquoi Broken Back ?
L’année passée fut rude ! Physiquement parlant… Etant stagiaire le jour, et entrepreneur la nuit, j’ai passé beaucoup d’heures assis sur une chaise. Et si la chaise est mauvaise ? Le dos devient très vite douloureux. Un léger déplacement de vertèbre plus tard, me voici bloqué pour quelques mois. Le temps nécessaire pour réaliser que j’avais trop longtemps laissé la musique de côté ces 3 dernières années… Voilà. Le projet étant né d’un dos cassé je trouvais ça plutôt sympa de rendre hommage à cette fameuse vertèbre…

Quand as-tu compris que tu voulais travailler dans ce milieu? As-tu un passé musical ?
J’ai commencé la musique vers l’âge de 7 ou 8 ans au conservatoire de Saint-Malo. J’ai eu le droit au cursus classique avec tout le package « orchestre », « Solfège » (Aaaah) etc… Même si j’apprécie le classique, c’est le jazz qui aura su me réconcilier avec la musique. Plus tard, en classe musicale j’ai eu la chance de pouvoir apprendre en plus de mon premier instrument (dévoilement du fameux dans la dernière question…), le piano ou la batterie avec des potes. C’est seulement en prépa que j’ai découvert la guitare et le chant. Et depuis je ne la lâche plus… Est ce que je souhaite travailler dans la musique ? Je ne sais pas encore… Je ne me prends pas vraiment au sérieux, ce qui est sûr c’est que je prends beaucoup de plaisir à composer, que je m’éclate avec mon home studio et que je ne compte pas m’arrêter !

Comment définirais-tu ta musique ? Les influences, les inspirations, les émotions ?
Un rapide passage par le folk-rock, une touche de pop et un zeste de deep, je pense que mes récents morceaux se situent entre la pop-alternative et la deep-pop.
Certains m’ont servi d’exutoire pour comprendre, canaliser, contrôler et surmonter certaines émotions parfois désagréables comme dans  What it used to be  ou Remember that , d’autres ne sont qu’une tentative de capturer l’éphémère d’une sensation (qui passait par là, dans ma tête… il se passe beaucoup de choses dans une tête finalement) puis de la dépeindre en musique comme dans  The Happiest Man On Earth  en en retranscrivant le plus fidèlement les couleurs d’origines…

As tu des futurs projets dont tu peux nous parler?
Après Future Ain’t What It Used To Be  sorti en Septembre dernier, j’ai commencé à travailler sur mon prochain EP qui devrait sortir d’ici quelques mois si tout se passe bien.
Happiest Man On Earth en fera d’ailleurs parti, le titre en est un petit avant goût !

Où et Quand pouvons te voir en live a Lille ?
Je ne suis plus à Lille pour très longtemps ! Je m’installe sur Paris dans quelques mois une fois mes études terminées. Mais la prochaine étape étant la scène je prévois de faire quelques dates sur Paris pour commencer et ne manquerai pas de vous prévenir !

Si il y a 5 musiques indispensable dans ton ipod lesquelles seraient-elle ?
Milky Chance
– Fairytale
Chet Faker – I’m into you
James Vincent Mac Morrow – We don’t eat
Ben Howard – Keep your head up
Beck – Walls
A écouter en boucle et sans modération…

Une petite anecdote marrante pour le Beau Bug ?
Malgré 12 ans de pratique, grand absent de mes compositions, mon premier instrument est… : le tuba! Et oui, j’ai fait 12 ans de Tuba… C’est lourd un tuba à 7 ans, cela a surement un peu du contribuer à me broker le back cette histoire…

Broken Back sur les Internet :
Sur Facebook.
Sur Soundcloud.
Sur Youtube.
Sur iTunes.

Tendrement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    dix-neuf + 20 =