Bring Backs : le jazz selon Alfa Mist

Crédits photo : David Muggeridge

Le producteur londonien Alfa Mist sort son dernier album : Bring Backs. Originaire de la banlieue Est de la capitale anglaise, le musicien démarre sa carrière comme producteur de grime et de hip-hop. Influences que l’on ressent dans son travail, qui mêle rap, jazz et soul.

Également disponible sur Deezer.

Pour ce quatrième album, et premier sur le label ANTI-, Alfa nous propose neuf titres reliés entre eux par un poème d’Hilary Thomas. Ce texte raconte le côté sensuel de la construction d’une communauté dans un nouveau pays. Le projet démarre avec Taki, un morceau qui commence dans une ambiance jazz chill pour ensuite laisser place à des synthés en folie. Ces derniers sont rejoints par une multitude d’autres instruments sur la suite du morceau.

Crédits photo : David Muggeridge

Sur le deuxième morceau, le musicien est rejoint par Kaya Thomas-Dyke. La chanteuse prête sa voix à Alfa, nous proposant un titre envoutant et doux : PeopleÀ la suite, le musicien invite Lex Amor sur Mind The Gap. Ce titre nous rappelle l’âme hip-hop qui réside dans la musique d’AM. Le mélange instrumentale jazzy et voix rappée fonctionne à merveille.

“Glory come, Sunday”

Run Outs mélange de nouveau les genres. Avec un début presque électro chill qui découle ensuite sur un morceau qui s’avère être très jazz. S’en suit Last Cardqui sonne comme une interlude arrivée au milieu de l’album. Le morceau prend rapidement une tournure inattendue en changeant d’instruments à mi-chemin. On passe d’un rythme très lent à une cadence plus soutenue, marquée par un saxo au ton grave.

Crédits photo : David Muggeridge

Bring Backs s’achève avec Organic Rust, un morceau hip-hop, aux sonorités marquées rap. Une instrumentale planante avec des notes cosmiques. Alfa Mist signe donc ici un album singulier qui confirme encore une fois son talent de musicien. En mélangeant jazz, hip-hop et soul, il nous propose une création originale séduisante.

Retrouvez Alfa Mist sur les internets :

Facebook
Instagram

Tendrement,
Valentine de Cormis
Le Beau Bug 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    quatre + 9 =