American Sniper de Clint Eastwood

Cette semaine le Calle Ciné vous emmène en première ligne avec le nouveau film du réalisateur de Mystic River et Gran Torino qui tient dans sa ligne de mire un petit bijou du film de guerre. Clint Eastwood touche à un genre nouveau dans sa carrière, à savoir, le Biopic héroique dans American Sniper avec Bradley Cooper et Sienna Miller. A voir absolument !!!

Le pitch : Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de “La Légende”. Sa vie de famille va en pâtir…

American Sniper s’inspire de la vie et du livre autobiographique de Chris Kyle, sous-officier de la marine américaine et redoutable tireur d’élite qui aurait tué plus de deux cents personnes (un record dans l’histoire militaire des USA) au cours de la Guerre d’Irak. De retour du champ de bataille, ce personnage atypique ouvrit un centre de formation pour apprentis tireurs d’élite dans son Texas natal et publia un roman, dans lequel il confesse ne regretter aucun de ses actes. Ses convictions finirent par avoir raison de lui : il meurt assassiné le 2 février 2013, tué par un ex-marine de 25 ans.

Véritable travail de mimétisme, pour endosser le rôle de Chris Kyle, Bradley Cooper s’est mis à tout faire pour lui ressembler physiquement en prenant énormément de masse musculaire. Il s’est également mis à étudier sa façon de parler et de se déplacer grâce à des enregistrements audio et vidéo de Kyle. L’acteur a aussi cherché à acquérir un accent texan proche de celui du militaire.

American Sniper est filmé comme à travers une lunette de tir de précision, entièrement centrée sur un seul objectif. Oubliés sont les mensonges du président Bush pour déclencher la guerre en Irak. Comme le blindé frayant son chemin en écrasant tout sur leur passage du plan d’ouverture, le film avance droit devant lui avec une sorte de certitude de son bon droit et du bien-fondé de son action. Et comme un tireur de précision ne tirant que des projectiles distincts, le film est bâti sur une succession de séquences, alternativement au Texas et en Irak, sans transition.

En cela American Sniper est un film tout de même bizarre: pas parce qu’il réduit les autres (non-américains) à un cliché simpliste, mais parce que malgré l’abondance de symboles nationalistes, il élimine aussi les Etats-Unis d’Amérique. Les films de guerre hollywoodiens ne se sont jamais souciés du monde et de sa complexité. Mais d’Aventure en Birmanie à Voyage au bout de l’enfer, Platoon, Full Metal Jacket ou même Jarhead, ils se sont beaucoup souciés de la complexité, de la diversité, des contradictions de l’Amérique. Ici, l’Amérique dans sa diversité a disparu, il ne reste que le héros, sa famille et «le Mal». Sous une forme brusque, simplificatrice, qu’on peut critiquer mais qu’on devrait reconnaître pour ce qu’elle est, on retrouve alors un cinéaste habité bien davantage de questions morales que de discours politiques.

Heureusement l’acteur Bradley Cooper mesuré et retenu dans le rôle principal, permet d’assurer le niveau de qualité du film. C’est grâce a une mise en scène très crédible, des séquences de guerre passionnantes et un Bradley Cooper habité et convaincant que le film trouve sa force. Par conséquent American Sniper vaut vraiment le détour. Ne vous arrêtez pas à la vision patriotique du film et allez plus loin !!!

C’est pourquoi, cette dramatique histoire vraie magistralement portée par Clint Eastwood est puissante, tout simplement, et porté par un grand Bradley Cooper. Le film est nommé dans 6 catégories aux Oscars notamment meilleur film et meilleur acteur. Réponse en mars pour voir si le film va faire mouche…


Tendrement,