Ai Weiwei – Fan-Tan

Ai Weiwei, c’est le roi de l’art pluridisciplinaire. A la fois photographe, performeur, architecte, sculpteur, cinéaste, et activiste des réseaux sociaux, c’est un artiste chinois touche à tout qui associe la pensée chinoise et l’art contemporain. L’artiste, figure emblématique de la scène artistique contemporaine, occupera le deuxième niveau du Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) à l’occasion de l’exposition Fan-Tan, du 20 juin au 12 novembre 2018.

Le lien entre Ai Weiwei et Marseille lui vient de son père, Ai Qing, poète chinois, qui arriva en Occident par le port de Marseille. Le CV de l’artiste est très complet, il a fondé un groupe d’artistes avant-garde nommé Les Etoiles, il fut charpentier, peintre en bâtiment à New York, et a également travaillé avec le cabinet d’architecture responsable du stade national de Pékin construit pour les Jeux Olympiques de 2008. Un parcours foisonnant d’expériences diverses qui n’en finissent plus de nous surprendre.

©Clemens BilanGetty Images Europe/Getty Images

Ai Weiwei est un artiste complet qui s’inspire de quelques grands noms de l’art contemporain, tels que Marcel Duchamp et Andy Warhol. Ces créations mettent en scène des objets du quotidien pour en faire des oeuvres d’art. Il crée des formes, mais plébiscite aussi de nouveaux domaines, comme les médias sociaux. “Il est un pont entre la culture occidentale et la culture chinoise”, commente Judith Benhamou-Huet, commissaire de l’exposition.

Ai Weiwei Colored House 2015 ©Image Courtesy Ai Weiwei studio

L’exposition Fan-Tan, nous fait voyager à travers son oeuvre, qu’il a lui même souhaité relier à son père. Ces créations sont également mises en parallèle avec les collections du Mucem, mettant en face à face les concepts d’Orient et d’Occident, d’original et de reproduction, d’art et d’artisanal, de destruction et de conservation. Tout comme Ai Weiwei, les collections du musée témoignent de la vie quotidienne.

Ai Weiwei Up Yours 2017 ©Image Courtesy Ai Weiwei studio

C’est par les résonances entre le père et le fils que l’exposition s’est construite. Après avoir découvert les collections du Mucem, Ai Weiwei est parti sur les traces de son père. Entre le port marchand et la chambre de commerce et d’industrie, il a retrouvé le carnet de bort du bateau sur lequel son père avait voyagé. Un moment rempli d’émotions selon Judith Benhamou-Huet.

Ai Weiwei Dropping a Han Dynasty Urn 2015 ©Image Courtesy Ai Weiwei studio

L’exposition Fan-Tan présente des oeuvres inédites, encore rarement montrées, comme les pièces réalisées dans les années 80 lorsque l’artiste vivait à New York. Et des œuvres nouvelles, créées pour l’occasion, comme des pièces en savon de Marseille, ou un lustre crée selon la méthode du ready-made de Duchamp.

Ai Weiwei Forever Bicycles

Parfois provocateur, parfois subtil, Ai Weiwei nous révèle une exposition hybride et complète, reflet de son indétrônable talent.

Toutes les info ici

Tendrement,
Jeanne Bailly
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    quatre × trois =