Agnes Obel – Citizen Of Glass

La jeune chanteuse Agnes Obel signe un retour magistral avec son troisième album, Citizen Of Glass. Sorti le 21 octobre après deux albums, Philarmonics en 2010 et Aventine en 2014, Citizen Of Glass est le fruit d’un travail très ambitieux. Son titre fait référence à un concept allemand, celui du « citoyen de verre », à cette personne constamment observée, condamnée à se livrer sans cesse, dévoilant ainsi successivement des morceaux (parfois intimes) de lui-même. Elle se livre donc avec parcimonie, comme elle a pu le dire dans plusieurs interviews, dans ce magnifique album.

L’album démarre avec Stretch Your Eyes, et dès l’introduction, le ton de l’album est donné. Nous sommes d’emblée plongés dans ce que à quoi la chanteuse nous a habitués avec Aventine : une ambiance à la limite de l’onirique. On retrouve rapidement une voix enchanteresse qui, grâce à un léger effet de réverbération, nous entraîne lentement dans une autre dimension. S’ensuit, sans transition nécessaire, le titre Familiar que l’on a pu entendre dès le mois de juillet. La chanteuse nous impressionne ici grâce à ses arabesques vocales qui forment chez elle une véritable signature.
Son album est construit comme ses précédents : vient après Familiar le morceaux Red Virgin Soil, un instrumental qui agit comme un entracte. C’est également le cas de Grasshopper, avant dernier titre de l’album.
Autrement, sur tous les autres titres, sa voix cristalline est présente : elle prend le dessus sur l’instrumental dans Golden Green, se mêle habilement aux instruments dans It’s Happening Again, Stone et de manière encore plus subtile dans Trojan Horses. Le dernier titre, Mary, fait de nouveau la part belle à la voix, bien qu’elle se fasse moins puissante, comme dans une berceuse. Il faut d’ailleurs près d’une minute pour que la chanteuse nous plonge dans un silence total à la fin de ce morceau, sa voix et sa musique se faisant de moins en moins audible. Un chef d’oeuvre.

Ce que l’on ne sait pas (ou peu), c’est qu’avant de se lancer dans une carrière en solo, Agnel Obel a été, durant son adolescence, membre d’un groupe… de rock ! Elle y jouait de la basse, et y chantait également.

Agnes Obel est à la fois chanteuse, compositrice et musicienne. Née au Danemark il y a 36 ans, elle joue du piano depuis sa plus tendre enfance. C’est une femme ambitieuse : elle a la particularité de vouloir absolument produire ses albums elle-même. Et quand on voit le succès qu’a eu Philarmonics, et celui qui s’en est suivi grâce à Aventine, on ne peut que lui conseiller de continuer sur cette lancée, pour encore et encore nous surprendre.

Agnes Obel sur les internet :
Son Site
Son Facebook
Son Twitter
Son Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =