Adam Green – Engine of Paradise

Deux ans après son film indépendant Aladdin, Adam Green nous revient avec un dixième album Engine of Paradise, encore une fois, à la hauteur de nos attentes. Toujours discret, l’artiste New-Yorkais nous dévoile à nouveau ses talents dans un “mini” album de 9 morceaux pour 21 minutes de plaisir signé chez Danger Mouse, 30th Century Records. Teasé en mai dernier avec l’excellent Freeze My Love l’album voit enfin le jour le 06 septembre dernier.

I’ll just freeze my love
Because technology has changed me

Dans le prolongement de son œuvre, le chanteur explore à nouveau des thèmes qui le ‘tourmente’ comme l’humain face aux machines, la vie et celle après la mort, tel une poésie spirituel.

À ses côtés à la réalisation de ce nouvel album, on retrouve James Richardson de MGMT, Jonathan Rado de Foxygen ou encore Florence Welch aka Florence and the Machine, rien que ça pour l’anti-prince de la folk New-Yorkaise.

Coup de cœur pour le dernier morceau Reasonnable Man, qui conclut parfaitement ce dixième joyau orchestral.

Adam Green sur les internets :
Site officiel
Facebook
Instagram

Tendrement,
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    deux × 1 =