Song to Song de Terrence Malick

On ne présente plus Terrence Malick, réalisateur septuagénaire (plus prolifique ces six dernières années que les quarante qui les ont précédées) auteur de The Tree of Life, récompensé à Cannes en 2011 de la palme d’or.

Song to Song, son neuvième long métrage, nous livre les ondulations d’un carré amoureux : BV (Ryan Gosling) et Faye (Rooney Mara), musiciens mélancoliques ; Rhonda (Natalie Portman) serveuse émotionnellement instable et Cook (Michael Fassbender) narcissique producteur de musique; avec pour décor entre autre un festival à Austin (Texas) ou l’on croise Iggy Pop, les Red Hot Chili Peppers et d’autres artistes dans leurs propres rôles.

Malick fait brillamment s’entremêler deux degrés de narration (fictionnel et documentaire), d’un récit qui se déplace nonchalamment  autant que la caméra) entre amour, trahison, frénésie et liberté; le tout dans une bulle de sensorialité qui nous permet de pressentir au delà des bords du cadre, les confusions émotionnelles et existentielles des personnages.

Quelques cinéastes ont cette capacité à donner un rôle à certaines choses, certains faits du monde, en leur procurant une sorte d’omniprésence invisible au service du film, on pense à Sofia Coppola qui filme l’errance (Lost in Translation, Somewhere, …) ou James Gray qui filme la nuit (The Yards, La Nuit nous appartient, …). Chez Malick il semblerait que le ciel soit cet objet de fascination, présent dans la quasi totalité des plans, intérieurs comme extérieurs, avec souvent cette légère contre plongée qui lui confère toujours plus de place dans le cadre. Tourner sa caméra vers le ciel c’est quelque part la mettre face à l’univers et les phénomènes qu’il offre à nos sens, qu’ils soient anodins (ce qui ne veut surtout pas dire sans intérêt) tel que le vent qui agite les feuilles d’un arbre, ou plus fondamentaux comme l’Amour dans toute sa complexité, sa brutalité et sa beauté.

On retrouve dans Song to Song le style expérimental et la dimension contemplative propres au cinéma de Malick, C’est un hymne à l’introspection dont le rythme nous conduit à regarder l’écran au delà de la rigueur rationnelle.

Date de sortie : 10 mars 2017 (États-Unis) 12 juillet 2017 (France)
Réalisateur : Terrence Malick
Interprètes : Ryan Gosling, Rooney Mara, Michael Fassbender, Natalie Portman, Cate Blanchett, Holy Hunter, Bérénice Marlohe, Val Kilmer
Durée : 2h08
Nationalité : Américain


Tendrement,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *