L’interview de Louis Piscine

Louis Piscine (crédit : © Fred Aufray)

Demain, le 16 juin, Les Vacances, le premier EP du jeune artiste français Louis Piscine verra le jour. En attendant, découvrez qui est cet auteur compositeur talentueux ainsi qu’en exclusivité, Easy Love le troisième morceau de l’EP qui comme ce début de mois de juin, annonce un bel été et nous donne envie de partir à la plage, cocktail à la main.

1. Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis Louis Piscine, je fais de la pop française aux allures des années 80, avec des touches caribéennes et des solos de guitares des 30 glorieuses.

2. Pourquoi Louis Piscine ?
Louis c’est mon prénom, Piscine c’est le nom que je porte pour ma musique, pour exprimer mon univers. Piscine c’est d’abord un souvenir d’enfance où les vacances se passent merveilleusement bien, la famille a le sourire aux lèvres et je vis une idylle que l’on croit éternelle, mais malheureusement arrivé à l’âge de 18, 20 ans la réalité nous rattrape et l’on doit trouver un travail qui nous projette dans un système que l’on ne peut changer, donc c’est aussi un hymne aux vacances qui s’oppose au travail forcé et aliéné.

On a eu la chance de pouvoir écouter ton EP avant sa sortie et en écoutant Les Vacances on a immédiatement pensé au grand Alain Bashung. Et en allant sur ton Soundcloud on a vu que tu avais justement repris sa chanson Vertige de l’Amour, et on est tombé sous le charme.
3. Devons-nous y voir une certaine admiration pour ce chanteur ?
Oui, comme bien d’autres aussi, mais Bashung était pour moi bien plus qu’un chanteur, c’était un homme libre, il composait et écrivait ce qu’il voulait, dans des albums comme L’Imprudence ou d’autres, on a parfois du mal à donner un sens à ses paroles parce qu’il faisait du « découpage », mais il y avait de la poésie et chacun donnait un sens à sa chanson, d’où le génie de l’artiste.

On est déjà au mois de juin, le soleil nous donne un aperçu des 2 mois d’été qui arrivent et ton premier EP, Les Vacances, pointe le bout de son nez au bon moment !
4. Peux-tu nous en dire plus ?
J’ai hâte, très hâte de faire cette sortie d’EP le 16 Juin, car elle va se passer au Barapapa (une péniche en bord de seine aux quais de la râpée), c’est un lieu qui représente les vacances, le bon vivre, et je vais partager ça avec tous ceux qui participent au projet, mais aussi avec mes amis et ma famille, ça va être un moment fort! Et on va pouvoir aussi marquer au fer le début de l’été le 16 Juin! ahahaha

Cet opus commence avec un titre particulièrement doux et chaleureux, Les Vacances. On a inévitablement envie de courir vers la plage pour se rafraichir, se reposer, tout oublier. Tu en as fait un clip sorti le 28 mars dernier tout droit sorti du cinéma Français des années 70.
5. Es-tu nostalgique de ces années ? Le cinéma a-t-il une place importante dans ta musique ?
C’est sûr qu’on a une image des 30 glorieuses comme un temps béni des dieux, je pense qu’en partie c’est vrai, mais il y avait des galères à cette époque que nous n’avons plus aujourd’hui, comme la communication, les nouvelles technologies émergentes, qui m’ont permis de créer ma musique par exemple avec l’iPad, où pour 150e tu peux composer partout chez toi, dans une voiture, dans le métro… Oui un peu nostalgique, mais content d’être en 2017.
Le cinéma, je vis avec, car c’est beaucoup d’émotions, et pour moi c’est ce qui compte le plus. Notre rôle en tant qu’auteur/compositeur, est de peindre des tableaux, qui appuient des idées, les rendent belles, affreuses, oniriques. C’est toutes ces émotions qui font vibrer notre quotidien, donc oui le cinéma m’inspire beaucoup.

Avec Always, l’instru est particulièrement mise en avant et le solo de guitare nous emporte tant par sa puissance que par sa qualité !
6. Qu’est-ce que ce morceau représente pour toi ?
Je pense que c’est aux gens de se définir un imaginaire, une histoire, mais Always je pense, est peut-être une conquête féminine pour l’éternité, un monde ensoleillé, où tout est érigé par la beauté.

Le troisième morceau, Easy Love, est le plus court, comme une averse pendant laquelle on se rend compte de beaucoup de choses, en très peu de temps.
7. Tu nous parles d’une histoire d’amour mais pour toi c’est quoi cet « Easy Love » ?
Esaylove, c’est à la fois une critique des applis comme Tinder, où en fait les rapports sont faussés par des phrases banales, où la plupart du temps les gens veulent Ken. Et aussi je pense vouloir reconnecter l’humain aux humains, c’est à dire être vraiment présent, pour ça on doit parfois se déconnecter, et ça demande un effort… La vie c’est pas si easy.

On aime beaucoup La Femme et dans ton dernier morceau, Bye Bye La Routine, on retrouve un petit peu leur univers.
8. Cette comparaison te plait-elle ?
Oui, y’a pire comme comparaison, c’est super énergique La Femme, je pense que parallèlement il y a un gros désir de soleil dans la grisaille.

9. Comment décrirais-tu ta musique ? Ton style ? Tes inspirations ?
Pour moi la musique ne connait pas de frontières, de limites, je dirais que c’est d’abord un état d’esprit, où peuvent se mêler plein d’influences. Par exemple j’ai fait de la musique classique, là je prépare un morceau avec une intro à la Debussy, puis derrière ce sera de la bossa, et une guitare électrique assez moderne. J’ai écouté, ingurgité, les influences sont plus subliminales. Comme disait Gainsbourg, « La discipline avant l’indiscipline. »

10. Maintenant que ton premier EP est sorti, quels sont tes projets ? Une tournée ? Un album en préparation ?
Une tournée en préparation pour l’automne, un album en préparation aussi, j’ai envie de developper un peu plus mon univers pour cet album, d’être plus dans le détail.

11. Plutôt :
Côte basque ou côte d’azur ?
Côte d’azur (même si ça fait blingbling j’ai une préférence pour le massif de l’Esterel)

Chouchous ou beignets ?
Dilemme, Chouchous

Romy Schneider ou Brigitte Bardot ?
Birgitte Bardot

Mangue ou Ananas ?
Ananas sans hésiter…

Perroquet ou Cacatoès ?
Perroquet, c’est mon rêve… Je pourrais lui apprendre des phrases de Marx.

12. Une petite anecdote marrante pour le Claque Son ?
J’ai rencontré un technicien son, qui est fétichiste des cheveux long et des aisselles, j’ai pas mieux pour l’instant.

13. Notre magazine s’intitule, Le Beau Bug, qu’est-ce qu’un « beau bug » pour toi ?
Un beau bug, c’est une rencontre hasardeuse heureuse héhé, c’est ce qu’il m’arrive dans la compo et ça donne un côté « humain » dans la compo, c’est cool.

14. Quels sont les indispensables à toujours avoir dans son iPod ?
JS Bach
Supertramp
The Strokes
Shaggy
Fela Kuti
Bashung
Tito Puente
AC/DC
Tame Impala
Olivier Messiaen
Miles Davis
Katel

Retrouvez Louis Piscine sur les internets :
Facebook
Instagram
Soundcloud
Deezer

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *