Hymn de Francis Giacobetti

Si le nom de Giacobetti vous dit quelque chose, c’est peut-être parce qu’il ressemble à celui de Giacometti. Ou tout simplement car vous connaissez déjà cet artiste. Homme des images, il a côtoyé la photographie, la presse et le cinéma. Sa complicité avec le peintre Francis Bacon a abouti à de grandes expositions en 1994 et en 2004. Son nom est inscrit dans le panthéon des grands photographes de ce monde. Son univers se dissout dans la peinture, la sculpture, la poésie… Des personnalités telles que Camille Claudel ou Buren ont côtoyé les mêmes podiums que lui. En haut de page de sa biographie vous trouverez une citation de Goethe qui explique que quand il a peur, il invente une image.

Hymn est une ode à la beauté. A la beauté des individualités, à leur unicité, à leurs complexités. Francis Giacobetti a confronté l’iris d’un personnage à son portrait. D’un côté la couleur, de l’autre la lumière. D’un côté l’iris, de l’autre son visage. Des éléments communs à chacun d’entre nous, mais pourtant si différents lorsqu’on les considère en détails.

Une pupille est aussi unique qu’une emprunte digitale. Les yeux sont les fenêtres des émotions, le miroir de l’âme ? Leur mystère exerce une attraction toute particulière sur les artistes, les poètes, les amoureux. Certains les comparent à l’univers. La porosité des iris rappelle celle des volcans, des océans, des déserts. A chacun son élément, à chacun ses formes et ses couleurs.

Il existe même une médecine basée sur l’étude des iris : l’iridologie. En 400 avant notre ère, Hippocrate exprimait « tel sont les yeux, tel est le corps ». En soutenant son postulat, des concordances entre les tâches, la texture, la forme des iris ont été faites avec le corps. Chaque partie du globe oculaire correspondrait à une partie du corps et présagerait des sensibilités à certaines maladies.

Mais ici c’est un hommage à la couleur et à la sobriété que Giacobetti a fabriqué. Avec son joli titre, Hymn répertorie 180 pupilles illustres de cette Terre. Des prélèvements des « personnalités qui ont apporté une contribution majeure à la forme de notre monde tel qu’il est aujourd’hui ». Vous y trouvez Woody Allen, Maurice Béjart, Louise Bourgeois, Fidel Castro, Ray Charles, Merce Cunningham, Dalai Lama, Léo Ferré, Gainsbourg, Lévi-Strauss, Françoise Sagan, Ravi Shankar… Sans classement, sans hiérarchie, juste des photographies, des citations imagées. Une révérence aux idées de l’humanité, quel que soit leur domaine d’application. Le cinéma, la danse, la sculpture, la politique, la musique, la religion, la poésie, l’ethnographie… se côtoient par le prisme oculaire. Y voyez-vous les idées germer ?

Tendrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *