Carrie Mae Weems: la couleur est un cri

Carrie Mae Weems a reçu son premier appareil photographique en 1979 et a depuis eu une carrière bien remplie; elle commence à se faire connaitre dans les années 1980, mis c’est 1989 qu’elle rencontre le succès avec sa série Colored People .

Cette artiste se montre rapidement socialement impliquée avec des œuvres qui invitent à la réflexion autour des notions d’appartenance culturelle, de sexe et de classe. Si elle met souvent en scène des afro-américains, son travail présente un  souci d’universalité dont le but est de mieux comprendre le présent. à travers l’étude des faites passés, en mêlant habilement archives réelles et récits fictifs. Utilisant principalement la vidéo ou la photographie, elle juxtapose images et textes, produisant une œuvre visuelle qui se fonde sur le récit historique d’une Amérique noire à la fois contemporaine et ancestrale.

Son travail a reçu de nombreuses récompenses et a même fait l’objet d’une rétrospective au Musée Guggenheim de NYC en 2014.

Voici un aperçu de son travail à travers quelques séries emblématiques: Colored People, The Kitchen Table, From Here I Saw What Happened and I Cried, Blue Notes et la vidéo « Afro Chic »

  • Colored People, 1989-1990

Ces portraits, dont l’artiste a coloré les impressions avec des couleurs monochromatiques (jaune, bleu, magenta) nous rappellent que la gamme des couleurs de la peau couvertes par « noir » est vaste. Ils suggèrent également que les hiérarchies sociales arbitrairement construites sur la couleur sont opérationnelles comme une sorte de racisme internalisé parmi les Afro-Américains qui privilégie les nuances légères de la peau brune.

Carrie Mae Weems- Colored People

 

Carrie Mae Weems – Colored People

 

Carrie Mae Weems – Colored People

 

Carrie Mae Weems- Colored People

 

Carrie Mae Weems- Colored People


  • The Kitchen Table

La cuisine, lieu réservé aux domestiques et aux femmes est le cadre que la photographe a choisi pour nous révéler les relations qu’elle entretient en tant que femme avec différents protagonistes: enfants, amies, amants, … Elle y met en lumière différentes attitudes comme la force, la tendresse, la solitude, …

Elle éclaire ici les divers liens qui sous-tendent une famille et interroge sa place de femme noire américaine, à l’intersection de différents rapports de pouvoir.

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

Carrie Mae Weems- Kitchen Table

 

  • From Here I Saw What Happened and I Cried

Dans ce travail, les images sont issues de la commande d’un scientifique de Harvard en 1850 qui voulaient  illustrer avec ces photographies d’hommes et de femmes esclaves  en Caroline du sud sa théorie selon laquelle les humains qui ont la peau noire constituaient une race inférieure. Weems a coloré toutes les images d’un filtre d’un sang rouge et a imprimé des mots sur les images. Ce travail est à la fois un acte d’accusation de la photographie comme asservissement et un hommage à ces Africains déracinés, qui, bien malgré eux, ont donné leur corps et leur visage à l’artiste, à nous et à l’histoire. Ce procédé expose avec éclat l’intentionnalité première de ces clichés : être les vecteurs de stéréotypes racistes.

Carrie Mae Weems – From Here I Saw What Happened and I Cried

 

Carrie Mae Weems – From Here I Saw What Happened and I Cried

 

Carrie Mae Weems – From Here I Saw What Happened and I Cried

 

Carrie Mae Weems – From Here I Saw What Happened and I Cried

 

Carrie Mae Weems – From Here I Saw What Happened and I Cried

  • Blue Notes, 2014–2015

Cette série présente des images floues d’artistes noirs (on reconnait d’ailleurs le peintre Basquiat dans le premier) derrière des blocs de couleurs.

Carrie Mae Weems – Blue Notes

 

Carrie Mae Weems – Blue Notes

 

Carrie Mae Weems – Blue Notes

  • La vidéo « Afro Chic »

Cette courte vidéo explore la culture pop des années 60 et parle de l’exploitation de l’imagerie de la culture cinématographique américaine noire. Les modèles, qui se déhanchent sur  Sanctified Lady de Marvin Gaye, ressemblent fortement à des personnages féminins forts comme Cleopatra Jones ou Foxy Brown. Ces protagonistes ont au départ  été inspirés d’Angela Davis, militante politique de la contre-culture des années 1960 associée au Parti communiste américain, au Black Panther Party et au mouvement des droits civils. Plus important encore dans ce contexte, Davis a été d’une grande influence pour la généralisation de la coiffure afro naturelle par opposition à la tentative d’imitation des coiffures des femmes blanches.

 Découvrez plus d’œuvres de Carrie Mae Weems sur son site: http://carriemaeweems.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *